Au sujet du GIFAV

​Le Groupe Interdisciplinaire Francophone Accès Vasculaires (GIFAV) a été créé en janvier 2016 sous forme d’une association « loi 1901 ». La mission du GIFAV est de promouvoir les bonnes pratiques en matière de choix, de gestion, d’information et de suivi des accès vasculaires, d’organiser le congrès et les actions de formation spécifiques aux accès vasculaires, afin d’initier et de contribuer aux actions de recherche dans ce domaine.

Septembre 2020

Le Mot du Président 

Cher(e)s collègues,

Quelle rentrée ! Le 10 septembre dernier, de 18 h à 20 h s’est tenu un webinaire organisé conjointement par l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France, le GIFAV et l’Observatoire Régional de la Chirurgie Ambulatoire. Son sujet : Les Unité d’Accès Vasculaires Veineux en Ile-de-France. C’était la première réunion du genre et elle a été animée par le Pr H.-J. Philippe.

Les quatorze intervenants, dont vous pouvez revoir les échanges ici, ont été suivis directement par 157 Internautes qui ont posé exactement 30 questions durant l’émission. Cette première collaboration entre l’ ARS Ile-de-France, l’ORCA et le GIFAV est importante. Elle est la preuve d’une prise de conscience par les tutelles de l’utilité des équipes pluridisciplinaire dédiées à la thérapie intraveineuse pour renforcer la qualité du service rendu aux patients où qu’ils soient pris en charge. Ce soutien de l’ ARS se manifeste par une allocation financière et par une évaluation de son utilisation. Une aide de l’ ARS Ile-de-France qui sera reportée en 2020 et donnera lieu à un nouvel appel à projets mené par une commission dont fait partie le GIFAV.

Autre bonne nouvelle annoncée par Mde C. Sliwka : la procédure à suivre pour demander et appliquer un protocole de coopération entre professionnels de santé va être très nettement simplifiée. Vous pouvez lire le texte de loi à venir ici.

En amont du webinaire, un questionnaire avait été envoyé aux internautes. Vous pouvez voir les réponses et l’analyse qu’en a faite Irène Kriegel (Institut Curie, Paris) ici.

 

Enfin, saluons un des membres fondateurs de notre association, Eric Desruennes. Son ouvrage consacré à la ponction échoguidée sort ce mois-ci. Un livre amené à devenir une référence que nous vous présentons ici.

En bref, ce fut malgré tout une belle rentrée !

 

Ps : Mde Sliwka a répondu aux nombreuses questions suscitées par le webinaire. Vous retrouverez ces informations dans la rubrique « UAV ».

 

Christian Dupont

Président du GIFAV

Hôpitaux Universitaires Paris Centre, Hôpital Cochin, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

Coup de chapeau aux organisateurs du 2ème congrès du SPIADI ! 

D'une part pour la qualité de leur travail (contenu de la précédente édition et organisation impeccables - cf la rubrique "Nouveautés et revue de presse" d'octobre 2019) et d'autre part pour avoir le courage de refaire un congrès "présentiel", un vrai congrès quoi !

Car il faut bien le dire, les discussions en salle plénière mais surtout en off, dans les couloirs, sur les stands, autour d'un verre et/ou d'une assiette, ce qui crée le lien, le web ne pourra jamais le créer. Voir les gens sur un écran, ce n'est pas les rencontrer.

 

Evidemment, nécessité fait loi et lorsqu'il y a un risque pour la santé ou l'écologie, il faut nuancer le propos. Mais le principe de précaution peut être renversé car le risque est également de perdre le fil avec ses interlocuteurs ou la maîtrise du navire qui nous porte sur ce flux continue d'informations de toutes sortes. Une fois lâchée, qui reprendra la barre du vaisseau ? La tentation du tout numérique est grande également pour d'autres raisons qui n'ont rien à voir avec la sécurité.

"Depuis pas mal d’années, l’ensemble des évolutions technologiques, qu’elles soient  mineures (la vidéo à la demande, le paiement sans contact) ou majeures (le télétravail, les achats par Internet, les réseaux sociaux) ont eu pour principale conséquence (pour principal objectif ?) de dimi­nuer les contacts matériels, et surtout humains. L’épidémie de coronavirus offre une magnifique raison d’être à cette tendance lourde : une certaine obsolescence qui semble frapper les relations humaines. (...)", écrivait avec tant de justesse Michel Houellebecq, le 4 mai 2020.

Alors coup de chapeau aux organisateurs du congrès du SPIADI qui font le maximum pour que nous puissions encore alimenter un lien de qualité et en toute sécurité sanitaire. Bonne édition au 2ème congrès du Spiadi (programme et bulletin d'inscription).

Et puis, il faut bien le dire, il n'y avait que les hygiénistes qui pouvaient lancer ce précédent !

Christian Dupont

Président du GIFAV

Hôpitaux Universitaires Paris Centre, Hôpital Cochin, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

Août 2020

Le Mot du Président 

Cher(e)s collègues,

« Vague » est un mot qui sied bien au mois d’août.

Vagues  qui invitent au voyage, au farniente.

Vague idée de ce que va être la rentrée avec le Covid-19.

Vague idée d’où l’on peut poser une CCI durant 31 jours. A croire que le cancer prend des vacances ! Ainsi tous les ans, la même question revient : "où faire poser les CCI durant la fermeture des unités de chirurgie ambulatoire dans les établissements publics et  privés ?"

Vague à l’âme quand vous vous faites envoyer sur les roses par un collègue hospitalier à qui vous demandez de retirer un PICC-line posé à un patient à Paris mais qui est allé finir ses soins entouré de sa famille en province. Certes, le retrait d’un PICC est, soit, faiblement payé mais garder un PICC inutilement : quel inconfort et quel risque pour le patient !

Légalement, un PICC ou tout autre cathéter dont l’extrémité se trouve dans une veine centrale, peut être retiré par un infirmier à la condition qu’un médecin puisse intervenir à tout instant. Donc il est possible de le retirer en ville si un médecin généraliste accepte d’être disponible pendant l’acte. Cette organisation est réalisable et efficace mais en août … . Pour cette raison, un Midline peut en certaines occasions remplacer  un PICC-line. Mais où trouver un poseur de Midline ?

Ou alors, il faut trouver des alternatives à la voie parentérale. C’est le point abordé par le Pr Jean-Christophe DUBUS  de l’unité de pneumopédiatrie au CHU Timone-Enfants, Marseille. Président du groupe aérosolthérapie de la Société de Pneumologie de Langue Française, il nous parle d’un moyen non invasif d’administrer des antibiotiques : la nébulisation. Parce que la nébulisation demande aussi des connaissances, le groupe aérosols et mucoviscidose de la Société Française de la Mucoviscidose, vous propose un outil pratique et utile à  toutes les pathologies pour la bonne pratique de ce mode d’administration. Retrouvez ici et en primeur ce document qui sortira en septembre prochain pour ne pas rester … dans le vague quand on vous parle de nébulisation.

Un mot de fin ? Bonne fin de vacances ou bonne reprise, au choix.

 

Christian Dupont

Président du GIFAV

Hôpitaux Universitaires Paris Centre, Hôpital Cochin, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

Tom Van Boxel.png
Ton Van Boxel animant le plateau du WoCoVA Live !
Luc Rotenberg.png

Juin - Juillet 2020

Le Mot du Président 

Chèr(e)s collègues,

Et oui, un mot pour juin et juillet : le temps passe si vite !

Le temps présent, déjà passé : WoCoVA live! s'est déroulé le 17 et le 18 juin 2020. Organisé pour palier l'impossible tenue du congrès du WoCoVA pour cause d'épidémie de covid-19, ce fut une réussite : 5316 inscriptions issues de 88 pays différents. Les e-congressistes notèrent les contenus entre 8,6 et 8,9/10. Vous pouvez les retrouver ici. Le GIFAV a participé à WoCoVA Live! pour exposer l'impact de l'épidémie du covid-19 sur l'organisation des soins liés à la thérapie intraveineuse. Organisation des poses des cathéters intraveineux et des soins à domicile ont été au centre d'un exposé qui fut accueilli très positivement par nos collègues canadiens, américains, espagnols (entre autres).

Bien sûr, ce type d'événement  ne peut remplacer les réunions présentielles  mais les avantages  n'en sont pas minimes (information facilement accessible, gain de temps, coûts écologique et financier réduits, ...). Ce mode de communication n'est qu'un outil, à nous de l'utiliser de la manière la plus appropriée. Pour le GIFAV, c'est une reconnaissance des pairs. Ton Van Boxel, un des pivots du projet, y a en effet souligné l'investissement de notre groupe et la qualité de son travail. 

 

Le 8 juillet dernier, Dr Luc Rotenberg, radiologue et membre du GIFAV, a continué les discussions initiées durant WoCoVA Live ! au cours d'un webinaire intitulé « Vascular Access in a post COVID-19 World : What do we learn and new paradigms? ».  Vous pouvez revoir le Dr Luc Rotenberg,  le  Dr Pittiruti, le Dr Matt J. Simpson et Linda Kelly, infirmière, ici

 

Le temps passé qui mérite que l'on s’y attarde un peu plus : ce mois-ci nous continuons notre dossier sur les atteintes de la coagulation grâce au Dr J. Merckx. En s'appuyant sur une robuste étude prospective réalisée il y a déjà plusieurs années mais qui mérite que l'on y revienne, il nous expose les problématiques de choix, pose et utilisation des chambres implantables pour les patients hémophiles (lire l'article).

Enfin le temps révolu et le chemin parcouru : le Dr Benjamin Gafsou nous rappelle le chemin parcouru depuis les années 80 pour la pose de cathéters intraveineux périphériques  chez les patients au capital veineux médiocre (lire l'article), ce que les anglo-saxons appellent les DIVA (Difficulted Insert Venous Access). J'espère que vous trouverez son article revigorant. Il faut prendre le temps de savourer ces avancées.

S'arrêter un instant pour profiter du verre à moitié plein, nous donne un surplus d'énergie ... pour remplir ce qui reste... 

Bon courage à toutes et tous !

Christian Dupont

Président du GIFAV

Hôpitaux Universitaires Paris Centre, Hôpital Cochin, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

De gauche à droite : Stéphane Regnault (DG de Vygon), Christian Dupont (président du GIFAV) et Nicolas Chandellier (DG de BD France)

Willem Claeszoon Heda (1594-1680)

Mai 2020

Le Mot du Président 

Chèr(e)s collègues,

Non, il n'en sera pas encore question ici car, s'il a impacté notre quotidien professionnel, il ne résume pas le champ d'investigation du GIFAV. Et puis, il est encore trop tôt pour échapper aux opinions, ressentis et approximations.

Recentrons-nous plutôt sur un des credo du GIFAV : étudier l'utilisation des cathéters intraveineux dans des contextes particuliers pour personnaliser la prise en charge du patient et le soigner plus efficacement. Le Dr Harroche du Centre de Ressources et de Compétences - Maladies Hémorragiques Constitutionnelles de l’hôpital Necker Enfants Malades (Assistance Publique - Hôpitaux de Paris) nous a ainsi très aimablement aidés en acceptant de partager son expérience auprès des patients hémophiles. Vous pourrez lire la présentation qu'elle a faite de cette terrible maladie ici. Les témoignages d'autres professionnels impliqués dans cette hémopathie suivront.

Autre domaine du GIFAV : la recherche. Jacques Merckx vous présente la dernière étude publiée par l'équipe du laboratoire Matière et Systèmes Complexes UMR 7057 de l’université Paris Diderot (lire l'article). Il s'agit d’un travail sur les moyens non médicamenteux de résoudre l'occlusion intraluminale des cathéters, la « POP technique ». 

Vous pouvez également voir dans le bandeau d'annonce de la page d'accueil que le GIFAV a été invité par le comité d'organisation du WoCoVA à participer à sa nouvelle création : le WoCoVA Live! Un mini congrès qui se déroulera les 17 et 18 juin sur le web et qui sera  centré sur ... mais j'avais annoncé que je n'en parlerai pas alors ... gardons le cap !

Christian Dupont

Président du GIFAV

Hôpitaux Universitaires Paris Centre, Hôpital Cochin, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

 

Avril 2020

Le Mot du Président 

Chèr(e)s collègues,

Comme toutes les crises celles du covid-19 révèle des failles mais également bien des ressources tant humaines que matérielles dans nos organisations de soins. Le besoin de faire face, de résister à l’épidémie nous pousse à travailler en mutualisant ces ressources.

A l’heure où la situation paraît relativement stable, il convient ici de réaffirmer la nécessaire mutualisation des compétences à l’hôpital et en ville, dans le secteur publique et privé.

En préparation de la crise, le GIFAV avait proposé à l’ARS de l’Ile-de-France des lieux de poses d’abords veineux disponibles et non impliqués dans la prise en charge des patients covid-19 positifs. Même si elle peut être perçue comme tardive, la réponse favorable de l’ARS est très satisfaisante et prouve que les efforts du GIFAV dans la construction et le soutien de ce dossier n’ont pas été vains. Je laisse les Dr Seamy et Sautfenne Ayadi, fer bicéphale de ce dossier, vous l’exposer à la suite de ce mot (voir « Bas les masques !»).

Ce virus impacte bien entendu les services de réanimation. Nos collègues italiens, par la voie du GAVeCeLT, ont largement diffusé une suite de remarques au sujet du cathétérisme veineux dans le cadre de la prise en charge de patients en détresse respiratoire intitulé « Considérations sur l’utilisation des dispositifs d’accès vasculaires chez les patients COVID-19 (et quelques recommandations pratiques) ».

Nous mettons à disposition les versions anglaise et française (traduction par le Dr Hervé Rosay et M. Stas) de ce document dans la rubrique « revue de littérature ». Des propos très intéressants qui, cependant, doivent être commentés. Le Dr Eric Desruennes s’est donc chargé d'ouvrir le « bal des remarques » et nous attendons le vôtres à l'adresse suivante : contact.gifav@gmail.com

Prendre en charge les victimes de cette épidémie est capitale mais continuer la prise en charge des autres patients ne l’est pas moins. Comme vu précédemment, le GIFAV s’en est soucié en amont de la crise. Il continue de le faire et vous proposera sous peu quelques informations facilitant la prise en charge des patients nécessitant une antibiothérapie I.V. à domicile pour ménager les ressources intra et extra hospitalières et réduire le risque de contamination croisée.

Enfin, nous vous annonçons officiellement le report du congrès du GIFAV au mois de janvier 2022. Ce report d’une année est motivé par un bouleversement des agendas internationaux et notamment la tenue du congrès du WoCoVA en avril 2021. Nous réfléchissons à des moyens de renforcer nos liens malgré le délai de notre prochaine rencontre francophone.

Remplacer le besoin de travailler ensemble par l’envie de le faire. La discussion quand elle débouche sur des pratiques utiles et la mutualisation des compétences pour une optimisation de la prise en charge des patients ont été au cœur du GIFAV bien avant cette crise. Remplacer le besoin par l’envie, travailler par temps calme pour mieux manœuvrer dans la tempête. Des éclaircies s’annoncent, il conviendra alors de ne pas rester inactif et de se souvenir de ce que nous a appris la tempête.

Bon courage à toutes et tous

Christian Dupont

Président du GIFAV

Hôpitaux Universitaires Paris Centre, Hôpital Cochin, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

COVID-19 : BAS LES MASQUES !

Alors que la recherche de masques devenait une obsession pour les français en dehors et dans les hôpitaux, le covid-19 dans sa cruelle objectivité nous les mettait à bas et continue à le faire. Pour illustrer en quoi consiste ce « drôle de jeu », voyons comment covid-19 taquine le GIFAV :

  • En Ile-de-France, MAR et IADE sont principalement impliqués dans la pose de Chambre implantables, PICCs et Midlines. Or, ces collègues vraisemblablement réquisitionnés par les services de réanimation accueillant les patients covid-19+, le GIFAV craignît qu’en Île-de-France l’offre de soins des unités d’abords vasculaires ne se  trouve affectée. De plus, ce virus étant particulièrement virulent chez les patients avec des comorbidités, il semblait logique d’organiser des poses de dispositifs dans des centres ne recevant pas de patients covid-19+.

  • Peu avant le confinement, alertée par le GIFAV d’une possible pénurie de poseurs d’abords vasculaires de moyennes et courtes durée une semaine et d’un risque de transmission croisée du virus accrue notamment chez les patients insuffisants respiratoires chroniques, cancéreux avant le confinement, l’ARS Île-de-France ne comprit pas notre préoccupation et notre proposition.

  • Nous lui soumettions en effet d’organiser deux sites de poses ne s’occupant pas de patients covid-19+ et d’y mettre à disposition un groupe de poseurs expérimentés, issus du secteur public et privés, renouvelables en cas d’arrêt maladie ou de réquisition.

  • Pourtant la pose d’une chambre implantable est nécessaire à l’administration répétée de médicaments anticancéreux  suivis en onco-hématologie.  Une rupture de la continuité des soins, en décalant le traitement, peut avoir un impact néfaste sur le pronostic vital. Poser un PICC au lieu d’une chambre implantable, faire le choix d’un mode dégradé de prise en charge, non seulement allait surcharger le programme opératoire des poseurs de PICCs et impacter les délais de pose pour les patients où l’utilisation de ce dispositif était réellement indiquée, mais n’allait pas prévenir le risque de contamination croisée.

  • Pourtant, sécuriser les traitements intraveineux à domicile de manière à continuer des thérapies débutées à l’hôpital ou à organiser directement des prises en charge au domicile du patient permettait de libérer des lits en vue d’un re déploiement covid-19 et de prévenir encore les transmissions croisées.

  • Pourtant cette organisation permettait d’amoindrir le 2ème effet covid-19 : le retour massif des patients – notamment chroniques - à l’hôpital en post pic covid-19. Un besoin massif de soins auprès d’équipes hospitalières  très touchées par la crise sanitaire.

  • Pourtant identifier des poseurs de Midlines dans des sites sans covid-19 dispensait le patient, une fois son traitement terminé à domicile, de revenir retirer son cathéter à l’hôpital. En effet encore beaucoup de médecins prescripteurs et même de poseurs ignorent qu’un PICC ne peut légalement être retiré à domicile. Durant la première semaine de l’épidémie, il n’était pas rare de voir des patients téléphoner au standard des hôpitaux cherchant désespérément qui pourrait leur retirer ce cathéter inutile mais qui pouvait devenir un problème (notamment infectieux), et d’entendre des infirmières libérales dire qu’elles en « avaient marre des médecins qui leur disaient avec mépris que ce n’était quand même pas difficile de retirer un PICC, qu’il suffisait de tirer dessus ». Et ainsi le patient revenait à l’hôpital avec un taxi, une ambulance (des solutions simples et non onéreuses) faire retirer son PICC.

  • Oui, ce virus est bien sournois : faire tomber les masques alors que nous nous attendions à ce que les masques nous protègent et les tutelles nous soutiennent rapidement.

  • L’ARS Île-de-France nous a soutenu le 06 avril :

 

 La Clinique Chirurgicale des Princes  a dédié 90% de son activité à la pose des chambres implantables afin de délester les établissements COVID+ et pour permettre la prise en charge chimiothérapique des patients COVID- malgré la crise.

Elle est joignable au 06 68 93 05 41 et la pose se fait dans les 48h.

Bien cordialement,

 

Aurélia COUTY-GIRARD

Chargée de mission

Département Offre de soins – Services Ville Hôpital & Personnels Hospitaliers

Délégation départementale des Hauts-de-Seine

 

  • En ceci, c’est une réussite pour le GIFAV. Mais le recensement des poseurs, lancé trop tard et sans vigueur, ne donna qu’une  faible réponse.

  • Ceci peut s’expliquer par bien des raisons. Soulignons par-dessus tout la compréhension très faible de la thérapie I.V. à l’hôpital et en dehors de l’hôpital. Choisir, insérer, utiliser un cathéter veineux n’a jamais guéri intrinsèquement une personne ; mais mal choisir, insérer ou utiliser un tel dispositif peut désorganiser une offre de soins, amoindrir son efficacité voire tuer un malade. Pour le comprendre et faire en sorte d’améliorer constamment l’offre de soins, ce ne sont pas d’experts "estampillés"  dont nous avons besoin mais de personnes expérimentées et régulièrement au contact des soins. Mais gardons-nous des clivages simplistes médecins/bureaucrates car des oncologues et même certains MAR poseurs ne répondirent pas ou trop tard à notre invitation.

  • Jusqu’à présent, la pose des chambres et des PICC a été le plus souvent considérées comme des activités hospitalières d’appoint. Elles permettent d’augmenter le nombre d’actes ambulatoires et de « boucher les trous » éventuels d’un programme opératoire. Les demandes institutionnelles des prises en charge ambulatoire sont ainsi satisfaites et les équipes médicales qui veulent garder le droit d’utiliser un bloc opératoire (l'heure de bloc est très onéreuse) sont satisfaites. Les vues comptables des soignants et des directions et les attentes des patients ne sont pas incompatibles. Il est même souhaitable  que le centre de soins aille bien financièrement pour assurer dans le temps une offre de soins de qualité. Alors quoi ? Ce virus dans sa fourberie n’a-t-il pas fait tomber le masque qui cachait des modes de penser désuets et une perte de vue des réalités de terrain ? A trop rester dans le quotidien, à taper mails et rapports, cela n’a-t-il pas fait écran et ne nous a-t-il pas empêcher de voir l’essentiel : que le patient doit être au centre du système de soins et non pas un consommateur qu’il faut capter ?

La canicule de 2003 permît aux établissements de santé de disposer aujourd'hui de chambres réfrigérées. Espérons que le covid-19 leur permettent de disposer d'un annuaire national recensant les poseurs expérimentés d'abords vasculaires, pré-requis -entre autres- à l'accès pour tous à des thérapies I.V. de qualité. Ce qui précède n'est donc pas un désir de polémique mais un désir d'anticiper et de collaborer avec les tutelles.

 

Dr Seamy AYADI, secrétaire du GIFAV                                 

C. Dupont, président du GIFAV

Mars 2020

Le Mot du Président 

Chèr(e)s collègues,

L’impact avec le covid-19 risque d’être particulièrement brutal. Nous avons et allons tous et toutes faire le maximum pour être utiles et résister.

Sans sombrer dans le sentimentalisme, je souhaite saluer les professionnels du secteur extra-hospitalier qui durant ces derniers jours m’ont permis d’organiser les nombreuses cures d’antibiothérapie intraveineuses au domicile des patients qui m’étaient confiés. Merci aux infirmiers libéraux, aux prestataires de santé à domicile, aux pharmaciens, aux laboratoires d’analyses médicales, aux médecins généralistes. Je travaille avec eux depuis 18 ans et c’est le moment de marquer le coup !

 

Grâce à eux, des lits d’hospitalisation ont pu être libérés et épargnés pour recevoir des patients atteints par le covid-19. Grâce à eux, les patients souffrant d’infection pulmonaire (dilatations des bronches liées ou non à la mucoviscidose, BPCO, …) ont pu avoir leur traitement sans délai. Grâce à eux, l’offre de soins n’est pas dégradée. Grâce à eux, des malades, anxieux à l’idée de ne pas avoir leur traitement en temps et en heure ont été pleinement rassérénés. Grâce à eux, à l’échelle nationale, tout cela reste possible.

Localement, nous avons tous essayé de nous organiser pour faire face. En Île-de -France, par exemple, des adhérents du GIFAV proposeront mardi prochain une équipe de poseurs de cathéters (Midline, PICC, CCI) pour palier à la diminution actuelle de l’offre de soins touchant ce domaine spécifique. Ces praticiens permettront ainsi d’assurer la continuité des soins (particulièrement en onco-hématologie) et de faciliter les soins à domicile.

Voilà pour l’instant.

Bon courage et restez en forme !

Christian Dupont

Hôpitaux Universitaires Paris Centre, Hôpital Cochin, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

Coup de chapeau aux infirmiers libéraux

Février 2020

Le Mot du Président 

Cher(e)s collègues,

Après toutes les agapes de fin et début d'année, place à la diététique !

La Société Francophone Nutrition Clinique et Métabolisme (SFNCM) vient d'éditer  un guide pour prévenir les infections liées aux cathéters veineux centraux. Ces recommandations pratiques  s'adressent aux équipes de soins en milieu hospitalier, mais également aux infirmiers qui interviennent à domicile dans le cadre de la NPAD.

Mieux connaître la thérapie veineuse nécessite de maîtriser le contexte du soin, notamment en matière de nutrition artificielle. Le GIFAV passe donc la parole à la SFNCM et  soutient ses efforts en faisant ici la promotion de cet ouvrage.

Améliorer la diffusion des recommandations de bonnes pratiques est un des objectifs fondateurs du GIFAV. Ainsi convient-il de proposer un accès facilité vers les portails web des

spécialistes pour prévenir un recours aléatoire aux recherches Google ou autres.

 

Par ailleurs, nous avons déjà reçu de nombreuses propositions de votre part pour l'organisation du prochain congrès du GIFAV, continuez à nous envoyer vos suggestions.

La période de soumission des résumés pour participer au WoCoVA est dorénavant achevée. Le pré programme est déjà sur le site du congrès qui promet d'être une réussite.

Christian Dupont

Hôpitaux Universitaires Paris Centre, Hôpital Cochin, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

Janvier 2020

Le Mot du Président 

Cher(es) collègues,

Tout d'abord, je vous souhaite à toutes et tous de passer une année 2020 en pleine santé.

 

Ca y est ! L'organisation du prochain congrès du GIFAV qui se tiendra les 28 et 29 janvier 2021 est lancée. Rendez-vous, de nouveau, à la Cité des Sciences et de l'Industrie de la Villette, à Paris ! Vous trouverez la première annonce ici. Forts de l'expérience passée, nous comptons améliorer encore la convivialité et le partage d'expérience. Le comité d'organisation espère que cette nouvelle édition, encore plus axée sur la pluridisciplinarité et les aspects pratiques de la thérapie I.V., répondra à vos attentes.

 

Si vous avez des souhaits, projets, ... n'hésitez pas à m'en faire part en attendant l'ouverture de la soumission des communications.

 

Mais le congrès n'est qu'une étape dans la vie de notre association et c'est en 2020, mois après mois, que nous devons la faire vivre. Aussi, sur ce site, de nombreux films ont été ajoutés, H. Rosay (Lyon) va inaugurer la revue de presse et l'annuaire de nos adhérents sera en ligne le mois prochain.

 

N'oublions pas la date limite de soumission des communications pour le WoCoVA, qui a été prolongée jusqu’au 15 février. Personnellement, la priorité sera de mener au mieux le futur congrès, de renforcer nos liens avec nos collègues et partenaires, enfin de laisser s'exprimer des équipes non ou pas assez connues mais dont les actions et travaux méritent un écho plus retentissant.

 

Bref, il va falloir être en pleine forme en 2020 !

Christian Dupont

Hôpitaux Universitaires Paris Centre, Hôpital Cochin, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

Décembre 2019

Le Mot du Président 

Cher(es) collègues,

Juste un mot alors : que cette fin d'année soit aussi légère et joyeuse que ces bulles de Champagne !

Et puis, une petite pensée pour ceux qui travailleront le 24 et le 31 décembre. 

A l'année prochaine !

Christian Dupont

Hôpitaux Universitaires Paris Centre, Hôpital Cochin, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

Novembre 2019

Le Mot du Président 

Cher(es) collègues,

La rentrée fut passionnante à plus d’un titre. Le 10 septembre 2019 se tinrent à l’Institut Pasteur les 7èmes Rencontres du Progrès Médical du Syndicat National de l'Industrie des Technologies Médicales ou SNITEM. Un programme très riche (disponible ici : https://www.snitem.fr/RPM2019) qui a permis de mieux saisir les enjeux du marché du dispositif médical. Souvent idéalisé par le public – il est si rassurant de penser que la santé n’est pas une marchandise comme une autre -, ce secteur n’en reste pas moins exposé aux contraintes et mécanismes de toute activité économique.

Ainsi, à entendre plus d’un orateur, l’équilibre entre innovation, contrôle qualité, réglementations propres au marché européen et compétitivité avec les producteurs étrangers est une prouesse à relever au quotidien. Certaines formules assassines ont fusé : « Aux Etats-Unis, tout ce qui n’est pas interdit est permis ; en Europe, tout ce qui n’est pas permis est interdit », « Les Etats-Unis innovent, l’Asie copie à faibles coûts et l’Europe écrit les réglementations ». Cependant, à écouter les conférenciers, les dernières innovations françaises – quelles que soient les spécialités médicales - ne datent pas de l'époque de Pasteur ; et les membres du SNITEM sont prêts à défendre la production de dispositifs médicaux de qualité, économiquement compétitifs et en collaboration avec les utilisateurs.

Autre élan à Tours où se déroula le 15 octobre 2019 la 1ère journée nationale du réseau SPIADI (Surveillance et Prévention des Infections Associées aux Dispositifs Invasifs) sous la présidence du Dr Nathalie van der Mee-Marquet. Une journée captivante rapportée dans la rubrique « Nouveauté et Revue de Presse » par Anne Debonne et Bruno Le Falher de l’E.O.H. du CH Victor Dupouy (Argenteuil).

Enfin, les premières recommandations du GIFAV ont été éditées ! En effet, le « Guide pratique des chambres à cathéter implantable, utilisation et gestion des complications » est disponible à la vente depuis le début du mois de novembre. Vingt-trois auteurs ont accepté de participer à cet ouvrage que j’ai eu la chance et le plaisir de coordonner avec Irène Kriegel. Les détail sont dans la rubrique « Travaux du GIFAV ».

Bref, il se passe toujours quelques choses dans le domaine de la thérapie I.V.. Preuve, pour ceux qui voudraient exposer leurs travaux au congrès international du WoCoVA, l’appel à communication est dès à présent ouvert. Mais attention : la cloche du pub retentira le 28 février 2020 pour indiquer la fermeture des soumissions. Alors ne tardons pas !

 

Christian Dupont

Hôpitaux Universitaires Paris Centre, Hôpital Cochin, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

Septembre 2019

Le Mot du Président 

Cher(e)s membres du GIFAV, cher(e)s collègues,

Vous m'avez fait l'immense plaisir de me transmettre la présidence de notre association en janvier dernier, et j'espère que mon mandat sera digne de votre confiance.

De fait le GIFAV est né lors du 1er congrès des Dispositifs Intra Veineux de Longue Durée (DIVLD) en 1997. Lors de sa 9ème édition, le congrès a commencé sa mutation : nouveau nom, un logo, un champ d'investigation étendu au cathétérisme périphérique puis à la thérapie I.V. dans sa globalité, nouveau lieu, 2 jours complets de congrès.

Cette mue s'est déroulée avec le professionnalisme et la convivialité que nous devons aux fondateurs de cette dynamique.

Pour continuer d'exister et croître le GIFAV doit continuer d'évoluer. Aussi avons-nous repensé notre site internet, outil de communication aujourd'hui incontournable. Vous y trouverez les derniers travaux de nos membres et, je l'espère, des réponses pratiques. Car le GIFAV ne doit pas dévier de son cap : améliorer l'offre de soins, dans les établissements de santé et au domicile du patient, dans le domaine de la thérapie I.V. en optimisant l'organisation des compétences pluridisciplinaires.

Or, pour ce faire, et malgré les apparences, le contexte semble favorable : encouragements financiers à la création d'Unités d'Accès Vasculaires par les ARS, dissémination des protocoles de coopération entre professionnels de santé, congrès internationaux propices aux échanges  professionnels,.. .

A nous de faire en sorte que ces opportunités répondent aux besoins des patients de façon pérenne et de la manière la plus adaptée qui soit. A nous de proposer aux tutelles un cadre organisationnel adapté à notre exercice quotidien. A nous de nous organiser et de travailler ensemble.

Les travaux et expériences menées en France sont très souvent de grande qualité, or leur visibilité est minime en comparaison de ceux des pays anglophones. A l'image de nos collègues Belges, Canadiens et Suisses nous devons avancer sur nos 2 pieds : la francophonie et l'anglais. Ne l'oublions pas : communiquer au niveau national et international est capital et favorise les partenariats industriels nécessaires à l'avancée des connaissances.

Bref, après avoir réparé les voiles et briqué le pont lors de notre AG de septembre, j'espère que l'équipage sera là au grand complet et que nous naviguerons à vive allure vers notre objectif.

Bien cordialement

 

Christian Dupont

Hôpitaux Universitaires Paris Centre, Hôpital Cochin, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

Retrouvez les moments forts de l'édition 2019 !

© GIFAV - Groupe Interdisciplinaire Francophone Accès Vasculaires